Tout sur le Cheval, endroit conviviale .. pas de modération.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les chevaux revendiquent le droit à la parole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Les chevaux revendiquent le droit à la parole   Ven 16 Oct - 6:00

jeudi 15 octobre 2009


Les chevaux revendiquent le droit à la parole




« De gauche à droite Popof des Bois, Thomas Carlile, mon cavalier,
son père, mon groom, et moi. Franchement, que rêver de mieux ? »
Photo : Georges Mesnager



CCI du Lion-d’Angers (aujourd’hui dressage). Pemba des Carrières, une jeune Toulousaine de 6 ans, sous la selle de Thomas Carlile, découvre avec bonheur le Mondial. Entretien !

Pemba des Carrières, c’est votre premier Mondial ! Impressions ?

Il n’est pas toujours très confortable d’avoir un cavalier sur le dos. Mais, c’est notre job, nous sommes nés champions. Haute comme trois pommes, j’ai été touchée par le virus du complet. Comme tous les chevaux de mon âge, je rêvais donc de fouler l’herbe du Lion-d’Angers. Je suis née pour courir, galoper. Mais ici, les 4 500 m du cross peuvent être indigestes pour mon petit estomac. Heureusement, le terrain de l’Isle-Briand : c’est du billard, un vrai golf.

Un mot sur Thomas Carlile, votre cavalier ?
Il est pas mal. Thomas a aussi tout à apprendre, on s’entraide l’un l’autre pour réussir. Si j’en dis trop de bien, il risque de prendre un peu le chou. C’est un homme ! On en reparle à la fin du concours, je ne veux pas le déstabiliser.

Pemba, on s’affaire autour de vous. Thomas, son papa de groom, sa maman de supportrice…. Vous gardez les sabots sur terre ?
(Hennissement).
Heureusement, tout le monde ne monte pas sur le dos en même temps. Parfois, j’ai effectivement du mal à m’isoler. Mais je me félicite de pouvoir m’appuyer sur une bonne et compétente équipe. Je suis choyée, je ne meurs jamais de faim et, fin du fin, ils sont très à cheval sur ma santé. Sans cette affection, ce soutien, nous chevaux, on n’y arriverait pas. Notre vie est agréable, passionnante et émouvante. On ne mesure pas toujours notre bonheur. Je plains tous mes camarades qui trottent inlassablement dans les centres équestres.

« Désolé, mais je suis une princesse »

Vous aimez le cross disiez-vous, et le dressage, le saut d’obstacle ?

Futurs stars, nous avons des droits et des devoirs dont celui de briller dans les trois disciplines. Enfin, je suis une princesse. Le dressage, c’est ma tasse de thé. J’y fais apprécier ma prestance, mon style, mon chic. Quant au CSO, il y a beaucoup de public et c’est bien aussi, pour sortir un peu de l’anonymat. Mais, face aux barres, j’ai encore un peu de mal à galoper avec perfection.

Vous êtes jeune, on vous pardonnera bien des imperfections ?
C’est mon premier Lion ! Mais, cher Monsieur, je galope déjà à un très bon niveau, depuis quelques années. La foule ne m’impressionne pas trop. En fait, tous les spectateurs du Mondial se déplacent aussi pour les chevaux. À mon avis, vous parlez trop des cavaliers, pas assez de nous, de nos éleveurs ou propriétaires. Et pourtant…

Vos qualités en deux mots ?
Courage et bravoure. Il en faut sur une épreuve comme celle-là. À l’instar de tous les jeunes chevaux de 6 ans, je nourris quelque ambition. Un succès ici marque une carrière naissante. Mais ce bonheur s’il doit arriver, c’est à Thomas que je le devrais. Sans nos cavaliers que deviendrait-on ? Ils possèdent un don inné du pilotage, beaucoup de caractère et une belle dose de courage. Le complet n’est pas une discipline anodine, il comporte des risques, heureusement calculés. Mais la dangerosité de notre sport est un trait d’union. Adversaire sur le terrain, au quotidien l’on forme une seule et même famille.

Un mot à ajouter ?
Si Thomas gagne, il sera le seul à recevoir une médaille. Je n’en serais pas froissée, heureuse de repartir à Toulouse avec une belle et nouvelle couverture sur le dos. Enfin, le père de Thomas augmentera ma ration de carottes. Celles qui me rendent intelligente et me donnent de belles jambes, une nécessité en complet. Le Lion, c’est du pur bonheur.

Recueilli par Guy FICHET.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les chevaux revendiquent le droit à la parole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mon coup de coeur c'est vous les bénévoles
» Chevaux et circulation
» HELP! 2 chevaux à sauver de l'euthanasie
» Peut-on mettre des chevaux sur n'importe quel terrain?(loi)
» Homéo, phyto, vos petits plus pour vos chevaux....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zen Equitude :: Chevaux :: A la Une dans le monde du cheval !-
Sauter vers: