Tout sur le Cheval, endroit conviviale .. pas de modération.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moins d'acheteurs de chevaux de sport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Moins d'acheteurs de chevaux de sport   Ven 6 Nov - 10:05


vendredi 06 novembre 2009


Moins d'acheteurs de chevaux de sport




Avec 2 500 poulains par an, 85 % des chevaux de selle français naissent dans la Manche et le Calvados.


Aucun éleveur ne parvient à vivre totalement de son activité. Pourtant les Bas-Normands ont tout pour réussir. À Saint-Lô, ces éleveurs ont réfléchi aux moyens d'améliorer leur compétitivité.



Pourquoi ? Comment ?« Ça ne paye plus ?

Selon le conseil des chevaux de Basse-Normandie et l'Adecno (Association des éleveurs de chevaux normands) sur 8 000 éleveurs, « un sur dix seulement dégage un revenu de l'activité cheval ». La vente couvre de moins en moins les prix de revient. « On ne peut plus vivre sans avoir une activité annexe », résume Albert Hardy, éleveur dans le sud-Manche.

Il y a t-il une baisse des naissances ?

Installés majoritairement dans la Manche et le Calvados, ces éleveurs produisent 85 % des Selle français, à raison de 2 500 naissances par an. Ces chevaux sont vendus à 6 mois (foals), 3 ans ou plus de 5 ans s'ils sont déjà en compétition. « Cette année, évalue Albert Hardy, on prévoit 20 % de naissances en moins. »

Enregistre t-on une baisse des prix ?

Le prix moyen de vente d'un Selle français était en 2007 de 7 600 €. « Les prix ont baissé depuis de 20 %, estime Jean Muris, président de l'Adecno. Cause principale : une désaffection pour les chevaux de sport. »

Le nombre de licenciés est pourtant en hausse ?

« Grâce au poney,
explique Jean Muris. Mais les enfants ne se reportent pas ensuite sur les chevaux de sport. Il faut trouver de nouveaux débouchés. » Par exemple du côté des cavaliers amateurs adultes, demandeurs de concours hippiques.

La région a t-elle des atouts ?

Pour Arnaud Evain, directeur de France élevage, la région a pourtant tout ce qu'il faut pour réussir : « Un milieu naturel, des fournisseurs, des outils...mais ils doivent mieux fonctionner ensemble. » Important dans la perspective des jeux équestres de 2014 en Basse-Normandie qui pourrait booster les ventes.

Un recensement ?

Les éleveurs bas-normands possèdent généralement une à deux poulinières, et vendent souvent leurs chevaux dans leur cour. Il n'y a pas de recensement officiel. On ne sait pas toujours combien il y a de chevaux de selle et où. « Lorsque la Garde républicaine nous commande des chevaux, évoque le président de l'Adecno, on n'est pas capable de lui répondre. » D'où l'embauche d'une chargée de mission pour répertorier tous les chevaux pouvant être vendus.Le conseil des chevaux et l'Adecno ont des idées pour améliorer la compétitivité : déterminer un vrai cours des prix et développer le commerce à l'international. « Les Normands doivent devenir commerçants, prône Jean Muris, et travailler ensemble. » Mais là, ce n'est pas gagné...


Nathalie LECORNU-BAERT.
Revenir en haut Aller en bas
 
Moins d'acheteurs de chevaux de sport
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cheval de sport belge
» Chevaux de sport allemands et la couleur ;)
» casio g shock MB 9010 1ER
» achat d une montre automatique
» cheval a confier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zen Equitude :: Chevaux :: A la Une dans le monde du cheval !-
Sauter vers: