Tout sur le Cheval, endroit conviviale .. pas de modération.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur   Mer 18 Nov - 17:54

VICHY

Police et justice

mercredi 18 novembre 2009 - 13:30
Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur





Après une absence qui avait justifié plusieurs mois de recherche par la gendarmerie, le propriétaire des chevaux de Glozel comparaissait, mardi, devant le tribunal correctionnel de Cusset.
Il aura donc fallu dix mois pour audiencer Henri Cherblanc, poursuivi pour « actes de cruauté » et « détention de cadavre ». « Il était introuvable, » a rappelé le procureur de Bouclan. Et quand ils ont enfin pu l'entendre, le 22 septembre 2009, les services de gendarmerie ont découvert un professeur d'enseignement technique à la retraite, déprimé et visiblement dépassé par les événements.
Longs cheveux gris attachés, l'homme de 72 ans, s'est présenté sans jamais élever la voix, presque en retrait. Sans s'appesantir sur les explications, il dit avoir quitté Glozel par peur, et avoir sombré dans une dépression qui l'a tenu loin du hameau et des chevaux. « Je n'ai jamais pu vivre en paix un instant dans ce hameau » assure le vieil homme.Il se sentait menacé.

Glozel ? Il est venu s'y installer en 1996, avec une demi-douzaine de chevaux barbe-arabe. Mais la greffe n'aurait jamais pris. « J'ai déposé plainte en 1999 pour agression et menace de mort? La plainte a été classée sans suite et les agressions se sont poursuivies. » Sans viser personne, Me Benalikhoudja montre une photo de son client blessé au front. On n'en saura pas plus.
L'homme finit par quitter les lieux en octobre 2008. « Pour deux ou trois jours, mais je suis tombé malade. J'ai fait une dépression. J'avais terriblement peur à Glozel : je n'ai pas pu rentrer? Les animaux, je reconnais qu'ils font les frais de tout ça. »
Le retraité soutient néanmoins ne pas les avoir abandonné. Il aurait laissé des chèques « à une Hollandaise pour qu'elle s'occupe des chevaux et leur mette du foin. »

Aujourd'hui le troupeau compte 29 bêtes, remises d'aplomb grâce aux soins de la SPA mandatée par arrêté préfectoral. Mais elles sont consanguines, sauvages et presque toutes sans papiers officiels. Et le 28 octobre la SPA a fait savoir qu'elle n'était plus en mesure de s'en occuper du troupeau.
Adoptables ou pas ? L'hiver s'annonçant avec la même perspective de carences que par le passé, DSV et SPA, attendent donc surtout du tribunal qu'il statue sur le sort des chevaux.
La décision a finalement été mise en délibéré au 15 décembre compte tenu de la complexité du dossier. Plusieurs naissances et la difficulté du premier recensement font que le tribunal n'est saisi que de 24 chevaux sur 29. Le tribunal devra également se pencher sur les conditions d'adoptabilité des bêtes.

Quant au sort du propriétaire, selon le parquet, il pourrait passer par une amende de 1.000 à 2.000 ? - « à la fois à la hauteur du trouble et des revenus » du prévenu -, et par une interdiction de détenir des animaux autres que de compagnie.

Anne Bourges
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: (suite) Chevaux de Glozel : le procès   Ven 20 Nov - 22:25

Chevaux de Glozel : le procès

Vendredi 20/11/2009 - 11:30.



Le hameau de Glozel, dans la commune auvergnate de Ferrières-sur-Sichon, est devenue tristement célèbre suite à une sombre affaire d'abandon de chevaux.
En janvier dernier, la SPA a été prévenue par un indicateur anonyme de la présence d'un troupeau de chevaux en piètre santé dans le hameau.
En effet, une fois sur place, le constat est affligeant. Les 29 animaux sont blessés, souffrent de malnutrition et sont visiblement livrés à eux-mêmes.
Un décret est publié, autorisant les bénévoles de l'association à s'en occuper. La direction des services vétérinaires est convoquée et le refuge de Brugheas se trouve chargé de sauver les animaux.
Durant dix mois, les bénévoles fourniront vaccins, soins et nourriture aux chevaux.
Mais après dix mois de soins, la SPA se trouve contrainte de remettre l'affaire entre les mains de la justice. Après des mois de recherches par la gendarmerie, le propriétaire des chevaux, qui avait totalement disparu, revient dans le hameau.
Il se met alors à harceler et à menacer les bénévoles, jusqu'à ce que la SPA finisse par avertir la DSV qu'elle se trouvait dans l'impossibilité de poursuivre les soins sur ces animaux.
Cependant, le propriétaire une fois revenu, la situation des chevaux ne s'est pas améliorée pour autant... or l'herbe se raréfie dans le pré où se trouvent les animaux et l'hiver approche.
Il est aujourd'hui en jugement pour actes de cruauté et détention de cadavre. Il a comparu le 18 novembre dernier devant le tribunal correctionnel de Cusset.
Revenir en haut Aller en bas
nathalie68

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur   Sam 21 Nov - 9:18

et les chevaux deviennent quoi si la spa ne les prends plus en charge?
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: GLOZEL(suite) - Condamné avec un troupeau en péril   Mer 13 Jan - 7:22

mercredi 13 janvier 2010 - 05:19

Condamné avec un troupeau en péril








Le tribunal de Cusset a condamné le propriétaire des chevaux de Glozel, près de Vichy, à rembourser la SPA pour les soins qui leur ont été apportés en urgence. Mais il laisse la garde d'un troupeau en péril à un homme qui se dit désemparé.


La condamnation est tombée hier, au tribunal correctionnel de Cusset.

Henri Cherblanc, 72 ans, domicilié au hameau de Glozel, où les autorités l'avaient cherché en vain l'an dernier quand son troupeau avait été trouvé dans un état pitoyable, vient d'être condamné à rembourser 3.690 euros à la SPA (*). Le tribunal l'a également condamné à 250 euros d'amende pour le cadavre d'un cheval trouvé en état de décomposition dans son pré.

Mais les magistrats ont requalifié la poursuite initiale (pour « actes de cruauté envers les animaux ») en contravention pour « privation de soins à animal domestique ».

Le placement ou la saisie réclamés par la SPA ne pouvaient, dès lors, plus être envisagés.

Pour cette infraction, Henri Cherblanc devra s'acquitter de 25 jours amende à 50 euros (soit 1.200 ?). Mais il retrouve « toute latitude pour vendre » ou entretenir décemment les 29 bêtes.

Hier, le directeur de la SPA, Patrick Labega, ne cachait pas sa déception.

En espérant une décision de justice qui lui confierait les chevaux, la SPA les avait identifiés et nourris. Mais en octobre, s'estimant menacée sur les lieux, elle avait officiellement renoncé.

Depuis, les chevaux les plus faibles ont à nouveau maigri. L'étalon fait toujours régner sa loi dans un troupeau largement consanguin. Et la SPA craint une rapide dégradation de l'état des chevaux.

Sur place, Henri Cherblanc explique pourtant qu'il fait ce qu'il peut, compte tenu de son propre état.

L'homme sait qu'il devra vendre, ne serait-ce que pour payer les amendes. Mais dans la neige qui s'est installée, un poulain tout juste sevré n'a déjà plus que la peau sur les os.

Isolé, sous 20 centimètres de neige, psychologiquement et « physiquement à bout », visiblement dépassé par la situation, Henri Cherblanc sait qu'il ne s'en sortira pas seul.

Mais qui pour l'aider ? Me Benalikhouja regrette qu'une situation « connue depuis longemps » n'ait pas attiré l'attention des pouvoirs publics avant la « fuite en avant de son client ». Aujourd'hui, c'est retour à la case départ.

Vingt-neuf chevaux, c'est un travail d'entretien que le vieil homme ne peut pas accomplir avec un dos abîmé. Il n'a plus de foin et ne sait pas où s'en procurer « dans la mesure de (ses) moyens ».

Et, situation inextricable, il en veut à la SPA, qu'il accuse de l'avoir empêché de vendre des chevaux quand il pouvait encore en tirer quelque chose.

Lorsqu'il avait été entendu par le tribunal en novembre, Me Benalikhouja avait expliqué l'isolement et la fragilité psychologique de cet ancien professeur d'enseignement technique venu se perdre sur les terres de Ferrières. « On ne m'a jamais accepté ici. Dans ce pays, sans solidarité, on a préféré me regarder crever plutôt que de m'aider », répétait-t-il inlassablement, hier, devant le mobile-home où il s'est installé.

Au final, sa réponse face à l'urgence est aussi maigre que l'herbe en hiver : « Il faut que des gens reviennent aider les chevaux ». Il assure « qu'on venait avant toute cette histoire » et lance un appel à qui pourrait le dépanner.

Mais il reste bien le seul propriétaire des chevaux, avec ses droits et ses devoirs devant une grange presque vide.

Anne Bourges

(*) La somme correspond aux frais d'alimentation et de vétérinaire engagés par l'association qu'un arrêté préfectoral avait chargé de remettre d'aplomb le troupeau.
Revenir en haut Aller en bas
nathalie68

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur   Mer 13 Jan - 8:33

lamentable, la justice est parfois incompréhensible
Revenir en haut Aller en bas
Suisayga

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur   Mer 13 Jan - 9:35

C'est du grand n'importe quoi cette affaire! Les chevaux n'auraient-ils pas du être replacés d'office par biais d'association(s)? Et ce pauvre homme, qui n'en reste pas moins irresponsable ne devrait-il pas être sous surveillance, ne serait-ce que sur le plan psychologique?

C'est incompréhensible, aucune mesure valable n'a été prise! Les chevaux risquent de proliférer et de mourir les uns après les autres, avec les risques sanitaires que cela engendre et pourtant rien n'est engagé! Seul l'aspect financier a été pris en compte finalement, comme toujours, quelle honte!
Revenir en haut Aller en bas
masai

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur   Mer 13 Jan - 15:46

ça me met hors de moi pour ces pauvres chevaux qui sont sûrement déjà en train de souffrir!! et le proprio qui se pose en victime! s'il est fragile qu'il se fasse soigner et s'il est dans l'incapacité de préserver ses biens (les chevaux) une tutelle serait la bien venue!! Il avait peut-être des "excuses" avant l'intervention de la SPA mais que ça recommence grace à la justice, chapeau!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chevaux de Glozel: dépassé, l'ancien enseignant avait peur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cheval porteur à quel point?
» Le compagnonnage LO/cheval
» Mes parents ne veulent pas que je monte à cheval :(
» Difficulté du cheval à sortir seul en extérieur
» Que faire quand nos chevaux ont peur?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zen Equitude :: Chevaux :: A la Une dans le monde du cheval !-
Sauter vers: