Tout sur le Cheval, endroit conviviale .. pas de modération.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   Mer 24 Fév - 17:52

Onze chevaux sauvés de la maltraitance


LA SARRAZ | Détenus dans le Val-de-Travers «dans une écurie fermée, sans lumière, avec 60 cm de fumier», ces chevaux ont été séquestrés sur ordre du vétérinaire cantonal de Neuchâtel et provisoirement placés dans une ferme nord-vaudoise.





ABDOULAYE PENDA NDIAYE | 24.02.2010 | 16:57

Dans une vieille ferme de La Sarraz, onze chevaux s’ébattent en toute liberté. Mais les apparences sont trompeuses. Ces Franches-Montagnes reviennent de loin. Il y a encore quelques heures, ces animaux se trouvaient dans le Val-de-Travers (NE), dans un endroit qui était, selon Anouk Thibaud de l’association genevoise Refuge de Darwyn, «fermé, sans lumière et avec 60 cm de fumier». «Certains chevaux, déplore-t-elle, avaient le garrot qui touchait le plafond.»

Alertée par des personnes dénonçant une maltraitance des chevaux, l’association genevoise a porté plainte contre le paysan de La Brévine (NE) propriétaire des Franches-Montagnes. Les inspecteurs du Service vétérinaire cantonal ont mené une enquête ayant débouché sur une décision de séquestre.

Ainsi, mardi soir, après sept heures de «combat» (14 h - 21 h), quinze personnes (dont 13 femmes) de l’association genevoise de défense des chevaux ont réussi à charger les onze Franches-Montagnes dans des remorques pour La Sarraz. «C’était très sport: les chevaux étaient apeurés et le vétérinaire a dû en mettre certains sous sédatif. Il fallait leur passer le licol et on avait des crampons aux chaussures pour ne pas glisser sur 1,5 km de route verglacée et inaccessible en voiture, avant de rejoindre les remorques pour les charger», raconte Anouk Thibaud.

«Pas battues mais délaissées»


Hier matin, Virginie Bernhard Falquet (33 ans), la dresseuse qui a recueilli les chevaux, était formelle: «Ces femelles Franches-Montagnes âgées de 1 à 20 ans ont des comportements sauvages. Je ne pense pas que ces chevaux aient été battus. Par contre, ils étaient délaissés et leur état général ainsi que leurs troubles du comportement montrent qu’elles n’ont jamais été traitées ni soignées», souligne ce bout de femme qui a passé quinze ans dans le milieu du cheval.

Au cours des prochaines semaines, jour après jour, elle aura pour tâche de «sociabiliser, nourrir, soigner et dresser les Franches-Montagnes sur des bases respectueuses du comportement du cheval». Au Refuge Darwyn, le sexe des chevaux suscite un soulagement.
«Heureusement, il n’y a pas de mâles. Cela évite de payer pour les castrer.» Mais, petit bémol avec les femelles, Anouk Thibaud et Virginie Bernhard Falquet savent qu’elles ne sont pas à l’abri d’une surprise: «une ou deux femelles pourraient être pleines».

Pour sa part, le propriétaire des chevaux tombe des nues. «Je ne suis au courant de rien. Mes animaux ont disparu et j’ai alerté la police», lance-t-il, interloqué. A-t-il déjà été confronté à des problèmes de maltraitance d’animaux? Pierre-François Gobat, le vétérinaire cantonal de Neuchâtel répond par l’affirmative mais se refuse à en dire plus. «Nous sommes intervenus parce que les conditions de détention des chevaux n’étaient pas conformes à la loi. En attendant l’audition, demain, du propriétaire des animaux, compte tenu de l’importance du cheptel, nous avons pris une décision de séquestre préventif», explique le vétérinaire.

A La Sarraz, depuis deux jours, Perplexe, Curieuse, La Vieille et huit autres chevaux apprennent à vivre une nouvelle vie. Où amour et respect font partie du quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Sept heures de galère pour sortir onze chevaux d'une écurie   Ven 26 Fév - 10:27

26.02.10 | 04:15 | L'Express/L'Impartial
VAL-DE-TRAVERS / LA BRÉVINE

Sept heures de galère pour sortir onze chevaux d'une écurie sombre





ÉTABLE : Les chevaux transférés dans le canton de Vaud étaient entassés dans une étable entre Couvet et La Brévine. Au premier plan, à gauche, on remarque qu'un animal souffre d'une inflammation de la peau. (SP)




Onze chevaux, entassés dans une écurie isolée du Val-de-Travers ont été mis sous séquestre mardi par le vétérinaire cantonal. Dans cet espace exigu, les bêtes pataugeaient dans 60 cm de fumier, au point de toucher parfois le plafond avec leurs oreilles. Pris en charge par une association genevoise, les animaux ont été confiés à une exploitation de La Sarraz (VD), a révélé mercredi le quotidien «24heures».

«J'ai repéré ces chevaux l'été dernier, alors qu'ils étaient au pâturage en dessus de Couvet. Cela sautait aux yeux qu'ils étaient mal soignés, avec des dermites et les pieds pas faits.»

Camille* ne supporte pas que l'on maltraite ou néglige les animaux. Elle n'a cependant pas dénoncé le cas immédiatement, car ce type de négligence n'est pas suffisant, croit-elle savoir, pour faire intervenir les services officiels. Alors, elle s'est armée de patience. Et, jeudi dernier, elle a pu constater que ses craintes étaient fondées, au-delà de l'imaginable. Les chevaux pour lesquels elle se faisait du mouron, elle a pu les photographier dans leur fange.

Le détenteur de ces onze juments, un agriculteur de La Brévine, avait entassé les bêtes dans une sombre écurie isolée, entre Couvet et La Brévine.

Alerté, le Service vétérinaire cantonal a ordonné lundi soir le séquestre des animaux. Une véritable opération de commando a été mise sur pied. Une quinzaine de bénévoles de l'association genevoise Le Refuge de Darwyn sont venus prendre les animaux en charge mardi après-midi, sous l'œil d'un représentant du Service vétérinaire. L'opération a duré 7 heures et a été plutôt sportive, car les vans destinés au transport des bêtes n'ont pas pu monter jusqu'à l'écurie, située au bout d'un chemin verglacé. Les animaux ont dû être emmenés à pied, un à un, jusqu'à la route située à plus d'un kilomètre de là. Ils sont aujourd'hui en sécurité dans une ferme de La Sarraz.

L'agriculteur a été entendu hier par le Service vétérinaire cantonal. A notre confrère «24heures», - qui était là par hasard - il a déclaré: «Je ne suis au courant de rien. Mes animaux ont disparu et j'ai alerté la police». Pierre François Gobat, vétérinaire cantonal, confirme que l'opération a été menée sans que le détenteur en soit averti: «Nous avons décidé le séquestre à titre préventif, avant même d'avoir pu l'identifier; le but prioritaire était de mettre ces animaux dans des conditions normales.»

Il salue la collaboration avec le Refuge de Darwyn. «Sans cette association et ses bénévoles très disponibles, nous aurions beaucoup de difficultés à trouver les locaux et le personnel nécessaires.»

De tels cas sont rares, voire rarissimes, «surtout lorsqu'ils concernent un si grand nombre d'animaux», dit-il. Le problème, c'est que l'agriculteur concerné a déjà été condamné pour des faits similaires.
Nous en avons acquis la certitude, même si le vétérinaire cantonal, tenu au secret de fonction, n'a pas pu le confirmer. Le détenteur a été jugé par le Tribunal du Locle en mai 2007 et condamné à 25 jours-amende. L'histoire, narrée dans le détail sur le site internet du Refuge de Darwyn (www.refuge-de-darwyn.org), avait été dénoncée en mai 2006. /LBY

*Prénom fictif


LÉO BYSAETH

Dernière mise à jour : 26.02.10 | 11:03
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Des nouvelles des chevaux maltraités recueillis à La Sarraz   Dim 28 Mar - 13:57

Des nouvelles des chevaux maltraités recueillis à La Sarraz


Nouvelle vie | Maltraitées dans une étable du Val-de-Travers (NE), onze juments Franches-Montagnes ont trouvé refuge dans une ferme où, grâce aux soins reçus, elles ont entamé une nouvelle vie.

ABDOULAYE PENDA NDIAYE | 26.03.2010 | 18:02

L’affaire avait été révélée le mois passé par 24 heures. Détenus dans des conditions épouvantables dans le Val-de Travers (NE), onze chevaux Franches-Montagnes avaient quitté sur décision du vétérinaire cantonal de Neuchâtel l’étable obscure et exiguë où ils se trouvaient — sur une surface correspondant à celle autorisée pour quatre équidés — pour un univers tout autre dans une vieille ferme de La Sarraz. Aux bons soins de la dresseuse de chevaux Virginie Bernhard Falquet (33 ans).
Un mois après, la dresseuse continue patiemment à éduquer ces chevauxqui commencent à prendre leurs repères dans leur nouvel environnement.
L’une après l’autre, toutes les juments ont ainsi été vermifugées.
Leur état de santé illustre l’état d’abandon dans lequel elles étaient confinées de la part de leur propriétaire, un paysan de La Brévine (NE).
«J’ai trouvé plus de dix sortes de vers dans leurs crottins! Des spécimens énormes comme cela, s’indigne Virginie Bernhard Falquet, je n’en ai jamais vu!» Mais elle est consciente que pour les Franches-Montagnes, le plus dur est passé. Après avoir fait appel à un maréchal-ferrant qui a déjà paré les chevaux, Virginie Bernhard Falquet a pris rendez-vous avec un dentiste.




© DR | Les chevaux prennent peu à peu leurs marques dans leur
nouvel espace de vie.





© DR | Les sabots avaient besoin de soins importants.


© DR | Il faudra encore faire appel à un dentiste et leur état sanitaire
sera à peu près satisfaisant.



© DR | Des bouts de fil de fer ont été trouvés accrochés dans la queue
ou la crinière de certains chevaux.



© DR | Il a fallu vermifuger les pauvres bêtes dont les intestins
étaient parasités.



© DR | Les chevaux découvrent le plaisir de se rouler par terre.






© DR | Ils goûtent enfin aux joies de l'exercice, même s'il est commandé
par l'humain.
Revenir en haut Aller en bas
Melody63

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   Dim 28 Mar - 18:46

oh mon dieu ça me fais vraiment très mal au coeur pour aux chevaux
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   Mar 15 Juin - 8:20

15.06.10 | 04:15 | L'Express/L'Impartial

TRIBUNAL
Accusé d'avoir mal logé ses onze chevaux, il proteste






DANS UNE ÉTABLE «Je n'avais pas le choix. Je ne voulais pas les laisser dehors en hiver, quand même!»(SP)

L'agriculteur auquel on reprochait d'avoir mal logé onze chevaux installés pour l'hiver dans une étable à vaches au Val-de-Travers contestait les faits hier au Tribunal de police du Locle. La manière dont ces chevaux avaient été séquestrés lui restait aussi sur l'estomac.

«J'y suis allé le matin pour fourrager. Les portes étaient dépendues, les chevaux n'étaient plus là. J'ai appelé toute la matinée, je croyais que c'était une farce! Puis j'ai téléphoné à la police qu'on m'avait volé mes chevaux». En début d'après-midi, c'est un journal lémanique qui lui téléphone et l'informe du même coup qu'on avait saisi ses chevaux. Il retéléphone à la police qui lui confirme la chose. Fred (nom d'emprunt) n'était pas ravi, hier matin au Tribunal de police du Locle.

On reprochait à cet agriculteur brévinier d'avoir enfermé onze chevaux dans une étable à vaches trop petite et trop basse, dans la pénombre et dans des conditions de salubrité insuffisantes, et de ne pas les avoir sortis suffisamment. Et cela sur dénonciation du Service vétérinaire cantonal, qui avait été alerté par le refuge de Darwyn, une association genevoise de défense des chevaux maltraités.

Si Fred était surpris? «Ah oui, mes chevaux étaient nourris on ne peut mieux. D'ailleurs ils étaient tous fin gras!» La pénombre, d'accord, mais pour le reste... Il montait tous les jours les fourrager, les sortait tous les jours aussi, changeait l'eau tous les deux jours.
«Quand on voit les pieds des chevaux, on a quelque inquiétude sur leurs sabots», remarquait la présidente Claire-Lise Mayor Aubert en regardant des photos contenues dans le dossier. Fred: «Moi, j'ai de l'inquiétude quant à l'identité de ces chevaux! On ne voit que leurs pieds, ce sont des pieds de vieux chevaux et les miens, c'était des jeunes».

Et le fumier? Fred le sortait une fois par semaine. Jusqu'à fin janvier. Puis «il y a eu tellement de neige que le fumier est resté là, mais je rajoutais de la paille tous les jours». A fin février, alors qu'il s'apprêtait à nettoyer, «il y avait une couche de 28 cm de paille et de crottin». C'est à ce moment-là que les chevaux ont été séquestrés, sur ordre du service vétérinaire. Celui-ci ne pouvant assumer le déménagement de onze chevaux avait demandé l'aide du refuge de Darwyn.

Fred, qui possède 25 vaches laitières fait de l'élevage de franches-montagnes depuis une trentaine d'années. Or, l'hiver venant, il s'est trouvé à court, avec davantage de chevaux que d'habitude.

L'agriculteur qui les lui abritait n'a pu en prendre qu'une quinzaine, les 11 autres lui sont restés sur les bras. Il cherche partout.
Finalement, il tombe sur cette étable à vaches, dans le Val-de-Travers. «Je ne voulais pas les laisser dehors en hiver, quand même». La présidente Claire-Lise Mayor Aubert s'étonne: «Je suis surprise qu'un homme comme vous, qui a l'expérience et des chevaux et de l'hiver se soit laissé prendre comme ça».

Réponse: «Il y avait davantage de chevaux, et le commerce était moins bon que les autres années».
Fred avait fait recours aussi bien contre l'aspect pénal et administratif de l'affaire. Car, autre élément qui lui reste en travers de la gorge, il avait été informé qu'il risquait le cas échéant de devoir payer 15 000 fr. de frais pour l'hébergement des chevaux. Et affirme par ailleurs toujours ignorer où ils se trouvent!

Une audience aura lieu le 30 août, avec vision locale et audition de témoins, mais le jugement ne sera pas rendu séance tenante. /CLD


CLAIRE-LISE DROZ
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   Mar 23 Nov - 13:05

Verdict dans l'affaire de séquestre de chevaux au Val-de-Travers

ÉTABLE - Onze chevaux y étaient détenus dans des conditions non conformes. (Archives David Marchon)

Le verdict est tombé dans l'affaire des chevaux séquestrés dans une étable du Val-de-Travers. L'éleveur brévinier en cause écope de 20 jours-amende à 15 francs, sans sursis, en raison de condamnations antérieures. Le Tribunal de police du Locle met également à sa charge 300 francs de frais.

La peine est donc moins lourde que celle demandée dans le réquisitoire, de 90 jours-amende à 50 francs et 500 francs de frais.

La présidente du tribunal Claire-Lise Mayor Aubert a tenu compte de la situation personnelle de l'éleveur, dont le revenu est en dessous du minimum vital. Elle a également tenu à corriger certains chiffres erronés fournis par le Service vétérinaire.

La présidente du tribunal a jugé qu'il y avait bien eu faute, mais dans une mesure moindre à celle présentée par le Service vétérinaire.

Le 23 février dernier, le Service vétérinaire Neuchâtelois, avec l'appui du Refuge de Darwyn (une association genevoise de défense et d'accueil des chevaux) avaient débarqué dans une étable du Mont-Brenin pour séquestrer 11 chevaux. Même s'ils n'étaient pas maltraités, ils n'étaient pas détenus dans les conditions requises par la loi sur la protection des animaux.
Revenir en haut Aller en bas
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   Mer 24 Nov - 9:44

NÉGLIGENCE
Chevaux maltraités: l'éleveur est condamné


Image © DR
«Le premier cliché, pris juste après le séquestre, montre à quel point ils n’étaient pas assez nourris. Le second a été pris dans l’étable. Les chevaux étaient entassés les uns sur les autres.»
Le Tribunal de police du Locle punit un agriculteur Neuchâtelois qui a manqué à ses devoirs avec ses chevaux.

Fabiano Citroni - le 23 novembre 2010, 22h33-Le Matin


Il n'a pas pris suffisamment soin de ses chevaux. Du coup, hier matin, le Tribunal de police du Locle a condamné Fred*, éleveur brévinier, à 20 jours-amendes à 15 francs, sans sursis, pour infraction aux articles 4 et 6 de l'Ordonnance sur la protection des animaux. Deux articles spécifiant que «les animaux doivent recevoir régulièrement et en quantité suffisante une nourriture leur convenant et de l'eau» et que «le détenteur veille à fournir la protection nécessaire aux animaux qui ne peuvent s'adapter aux conditions météorologiques».

Pas un monstre

Cette décision, plus clémente que les réquisitions du ministère public - 90 jours-amendes à 50 francs -, ne contente personne. «Nous avions plaidé l'acquittement, confirme Me Kramer, l'avocat de l'agriculteur. Reste que mon client n'est pas le monstre que le rapport du Service de la consommation et des affaires vétérinaires faisait apparaître. La Cour a dégonflé une affaire qui n'aurait jamais dû être. Elle a remis l'écurie au milieu du visage.» L'affaire se serait donc dégonflée? «Jamais de la vie», s'emporte Anouk Thibaud, fondatrice du Refuge de Darwyn, qui s'occupe des chevaux maltraités. «Non seulement l'éleveur a été condamné, mais en plus, c'est un récidiviste.»

Si la Genevoise s'emporte, c'est parce qu'elle a joué un rôle-clé dans cette affaire neuchâteloise qui remonte au début de l'année. Mi-février, c'est elle qui dénonce ce qu'elle estime être un cas de maltraitance au vétérinaire cantonal. «Onze chevaux étaient entassés dans une étable de 41 m2 et ils ne sortaient jamais», affirme Anouk Thibaud.

Le 26 février, le Services des affaires vétérinaires décide le séquestre préventif immédiat des animaux. Dans un communiqué, il écrit: «La surface à disposition ne permettait légalement que la détention de quatre chevaux, la litière n'avait plus été évacuée depuis plusieurs semaines, la couche de fumier atteignant plus d'un demi-mètre de hauteur.»

«Terrorisés»

C'est Anouk Thibaud et son équipe qui s'occupent d'évacuer les chevaux. «Il a fallu sept heures pour récupérer onze chevaux. Ils étaient terrorisés. J'ai compris qu'ils avaient été complètement délaissés», confie-t-elle. L'avocat de l'éleveur ne peut laisser passer cette attaque: «Dans son jugement, la Cour estime que la condition psychologique des chevaux pouvait être liée aux conditions d'intervention.» Anouk Thibaud contre-attaque: «Dire cela, c'est se moquer du monde. Je soigne des chevaux depuis dix ans et je peux vous assurer qu'on ne peut pas les traumatiser en l'espace d'un trajet.»

Quid de l'exiguïté de l'étable? A peine 40 m2 pour onze chevaux, n'est-ce pas limite? «La Cour estime qu'il ne manquait que 7 m2 pour que les normes soient respectées, répond Me Kramer. Elle a précisé que le rapport du Service des affaires vétérinaires n'était pas conforme à la réalité.» Réplique d'Anouk Thibaud: «La Cour a réussi à se tromper dans ses calculs. C'est affligeant. L'étable aurait dû faire au moins 72 m2 pour être aux normes!»

Que va-t-il alors se passer? Des recours en vue? «Il faut y réfléchir», répond l'avocat de l'éleveur. «Je dois prendre connaissance de l'entier du jugement avant de me prononcer», dit pour sa part le procureur Nicolas Aubert. Quant au Tribunal administratif, il doit se prononcer, lui, sur la levée ou non du séquestre. Les chevaux sont actuellement en pension au Refuge de Darwyn, à Genève. «Je peux vous garantir qu'en neuf mois, avec de bons soins, ils ont repris du poil de la bête, dit Anouk Thibaud. L'éleveur ne mérite pas de les récupérer.»


*Prénom d'emprunt
Revenir en haut Aller en bas
lazy

avatar

Féminin

MessageSujet: Re: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   Ven 26 Nov - 8:47

mon dieu !! Sad comment peut-on . . . vraiment je comprend pas . heureusement l'association genevoise a fais un super travaille .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance   

Revenir en haut Aller en bas
 
(SUISSE) Onze chevaux sauvés de la maltraitance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Week-end de Noël à 100 Chevaux sur l'Herbe...
» Stabulation
» Sauvetages Aout 2011
» Bonjour a tous
» Chevaux de travail en Roumanie : 5 Sauvés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zen Equitude :: Chevaux :: A la Une dans le monde du cheval !-
Sauter vers: