Tout sur le Cheval, endroit conviviale .. pas de modération.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pompadour, haut lieu du cheval à l'heure de la réforme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moumouche35

avatar

Féminin

MessageSujet: Pompadour, haut lieu du cheval à l'heure de la réforme   Sam 5 Juin - 8:46

POMPADOUR (Corrèze)
samedi5 juin 2010


Pompadour, haut lieu du cheval à l'heure de la réforme des haras nationaux

AFP

POMPADOUR (Corrèze), 5 juin 2010 (AFP) Le haras national de Pompadour, l'un des pôles historiques du cheval en France comme celui du Pin (Orne) et le Cadre noir de Saumur (Maine-et-Loire), est aujourd'hui contraint d'évoluer face à une réforme qui vise à unifier la filière équestre mais inquiète les salariés.

Pompadour, devenu haras royal au XVIIIe siècle, est le coeur administratif des Haras nationaux (950 salariés environ en France), un lieu de compétition majeur du concours complet, un centre d'élevage et un centre d'étalonnage reconnu, accueillant notamment l'étalon star Dormane, dont la saillie est facturée plus de 3.000 euros.

Ce haras, qui porte le nom de la célèbre marquise prisée de Louis XV, est aussi, avec 50.000 entrées payantes et des milliers de spectateurs annuels, une attraction touristique non négligeable. Un lieu emblématique appelé aujourd'hui à se renouveler dans un contexte de réforme de la filière équestre française.

Cette mutation vise à confier les missions de service public des Haras nationaux (contrôle, identification) à un Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE), né le 1er février d'une fusion entre les Haras nationaux et l'Ecole nationale d'équitation (ENE).

Les activités dites concurrentielles des Haras nationaux, liées au secteur de l'étalonnage, seront, elles, assurées par groupement d'intérêt public (GIP) constitué de partenaires publics (l'Etat et l'IFCE) et privés (représentants des associations de race, des éleveurs, etc.) appelé France Haras. La création de ce nouvel outil est attendu à l'automne.

Ce futur GIP nourrit, à Pompadour comme dans les autres haras, les inquiétudes des syndicats dans un contexte de diminution des effectifs en raison du non remplacement des départs à la retraite, explique Paul François, représentant CFDT.

"Personne ne voit vraiment le but, et personne ne sait nous l'expliquer. Nous, on veut surtout un vrai dialogue sur la finalité de la réforme", dit-il.Le Conseil général de la Corrèze et son président François Hollande (PS) avaient également exprimé leur inquiétude en mars sur la pérennité des emplois.

"Toute réforme crée des angoisses, mais ça crée des opportunités", répond Jean-François Cottrant, délégué régional de l'IFCE en Auvergne et Limousin.

"Le maître-mot de la réforme, c'est le partenariat. Il est sûr qu'on fera de moins en moins de choses tout seuls et qu'on en fera de plus avec les socio-professionnels et les collectivités", ajoute-t-il, précisant que l'activité devrait globalement rester stable mais avec des redéploiements.

A Pompadour, certains postes administratifs devraient migrer vers Saumur mais être compensés par la croissance du Sire (Système d'informations relatif aux équidés), la base de données, gérée depuis la Corrèze, répertoriant les informations concernant les 880.000 chevaux, ânes ou poneys de France. Une vingtaine de créations de postes "à haute valeur ajoutée" y sont envisagées, selon le responsable du Sire, Hubert de Cadolle.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pompadour, haut lieu du cheval à l'heure de la réforme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Duree du transport des chevaux
» entretient dents lama
» La Colombie, haut lieu du café arabica, est tentée par le robusta
» un haut-lieu de l'histoire : le chemin des dames
» Basile...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zen Equitude :: Chevaux :: A la Une dans le monde du cheval !-
Sauter vers: